BLANDINE PANNEQUIN POUR ENFIN

Blandine Pannequin pour ENFIN Paris

Connaissez-vous le futur du snacking ? Ne cherchez pas plus loin, on a déjà trouvé votre prochaine gourmandise préférée. Et parce que allier plaisir et créativité c’est notre spécialité, Blandine Pannequin en réalise toute l’identité illustrée. 

Aujourd’hui on vous emmène dans un univers illustré, gourmand et healthy. Partez à la découverte de ENFIN PARIS, la nouvelle marque de produits gourmands, naturels et sains, mais surtout non moralisateurs ! Impulsé par Charles (entrepreneur), Clémentine (chef et styliste culinaire), et interprété par notre queen Blandine Pannequin, Enfin Paris c’est le plaisir du goût avant tout. 

 

BLANDINE PANNEQUIN POUR ENFIN

 

C’est bien beau tout ça ? Mais enfin ! Qu’est ce qu’on mange ? Une chose est sûre, on ne mange pas de sucres ajoutés, ni colorants, ni conservateurs, ni quoi que ce soit de chimique. On mange bio, on mange artisanal, on mange local. On mange BAGHERA ! Kesako ? Baghera (le premier produit de la marque) est le snack 100% naturel, produit à Paris, et qui se présente sous forme de 3 cubes de 9g de pure gourmandise. La légende dit, qu’après une centaine de cube consommés… on commence à miauler. On vous met au défi de vérifier par vous même.

 

BLANDINE PANNEQUIN POUR ENFIN

BLANDINE PANNEQUIN POUR ENFIN

 

Envie de goûter ces merveilles ? Rendez-vous sur Kiss Kiss Bank Bank pour soutenir Charles, Clémentine et Blandine et commander en exclusivité ces petits cubes de pur bonheur. En plus c’est l’occasion d’en prendre plein les mirettes avec toutes les illustrations de Blandine ! Ce serait dommage de se priver n’est ce pas ?

 

BLANDINE PANNEQUIN POUR ENFIN

BLANDINE PANNEQUIN POUR ENFIN

 

 

Pré commander le tout premier produit de Enfin Paris en exclusivité sur Kiss Kiss Bank Bank

Les images ne sont pas libres de droits et demeurent la propriété de l’artiste et de l’agence Monica Velours. Toute utilisation sans autorisation de l’artiste est une violation du droit d’auteur et est punie par la loi de 300 000€ d’amende et de 3 ans d’emprisonnement (code de la propriété intellectuelle, art. L335-2)